«

»

Mar 12 2019

Imprimer ce Article

Shirley, Dayana, Saul et leur mamita : une longue histoire avec notre centre (2019)

Shirley, Saul, Dayana et leur mamita en 2012

A la mort de leur maman, en 2008, Shirley avait 6 ans, Dayana 3 ans et Saul seulement 3 mois. Leur papa, peu après le décès de son épouse, est parti avec une autre femme. Alors ces enfants furent accueillis par leur grand-mère Fabriciana qui les a pris dans sa maison où ils vivent depuis ce jour. Ils l’appellent Mamita, et elle, elle les considère comme ses enfants, car elle s’est occupée d’eux depuis leur plus jeune âge, du fait de la longue maladie de leur mère, qui est morte du cancer.

Les deux fillettes furent accueillies très jeunes dans notre centre d’Alto Trujillo, que Fabriciana connaissait bien, puisqu’elle avait aidé notre responsable lors de l‘ouverture de ce nouveau centre en 2006, avec sa connaissance de la zone et des familles les plus démunies. Elle-même en faisait partie, puisqu’elle venait de la sierra où elle avait été abandonnée par son mari avec 5 enfants dont le plus jeune, Ytalo, avait 5 ans. Il fut un des premiers enfants accueillis dans notre centre jusqu’à l’âge de 12 ans.

Pour élever ses enfants et leur permettre d’étudier au moins la primaire, et pour certains la secondaire, Fabriciana a travaillé dur du matin au soir, en lavant le linge et faisant le ménage dans les maisons des particuliers pour une somme modique. Aujourd’hui encore, à 58 ans, elle fait un travail très pénible, dans une exploitation agricole, à 1h de route de Trujillo, pour gagner de quoi élever ses petits-enfants. A 4h du matin, un car de ramassage vient la prendre, ainsi que d’autres ouvrières, pour les mener dans les champs où elles font actuellement (c’était en février) la cueillette des airelles sous un soleil de plomb qui les suffoque de chaleur, mais elle dit qu’on doit le supporter par nécessité.

Shirley 7 ans, est habillée pour danser en l’honneur des visiteurs (en 2010)

Shirley va avoir 17ans cette année, elle termine ses études secondaires. Elle dessine très bien et aimerait faire des études supérieures de dessin. Mais sa grande passion, depuis toute petite, c’est la danse, notamment la huayla et la marinera. A l’âge de 7 ans, elle avait dansé lors de la fête des 25 ans de l’association, et sur la vidéo que Rosario nous avait envoyée, elle qui était la plus petite se distinguait par son aisance et sa joie de danser. On l’a suivie au travers de nos visites et des anniversaires, y compris en 2015, alors qu’elle n’était plus dans le centre, elle est venue danser la salsa avec deux autres anciennes, pour la fête des 30 ans de Quebracho, devant Aline et Michel qu’elle connaissait depuis leur première visite en 2010. Shirley voudrait plus tard se perfectionner dans un centre de danse de l’université nationale.

Dayana, 4 ans, mange d’un bon appétit (dans le centre en 2009)

Dayana, 14 ans, est une bonne étudiante, intelligente, espiègle et motivée, elle voudrait être professeure comme sa maman. Elle souhaite se préparer pour postuler à l’université nationale, actuellement elle est en 3° année de secondaire. Elle aussi aime la danse, qu’elle apprend avec sa sœur. Dans son collège elle participe souvent à des concours de danse.

Saul, 5 ans, arrive au centre après l’école (2013)

Saul, le petit dernier, est à présent un robuste garçon de 11 ans, toujours souriant. Dans notre centre où il a été accueilli dès l’âge de 3 ans, il est assidu aux repas et au soutien scolaire. Il est en 5° année de primaire, lui aussi est très intelligent et studieux. Depuis tout petit, il veut être aviateur !! Sur les premiers dessins qu’il nous a fait, il y a déjà des avions.

Ce qui caractérise ces 3 enfants, c’est leur joie de vivre, leur confiance dans l’avenir, on ne dirait pas qu’ils ont vécu déjà de tels malheurs. Leur grand-mère Fabriciana les élève avec beaucoup d’amour et de fermeté, son désir est de leur permettre d’accéder à la profession qu’ils veulent, mais elle dit que ses ressources sont faibles, malgré le fait qu’elle a toujours travaillé jusqu’à ce jour.

Fabriciana avec Saul et Dayana (en 2019)

Elle est très reconnaissante envers l’association d’avoir accueilli et nourri ses enfants et petits-enfants dans les moments difficiles qu’elle a passés, et plus encore depuis 2013 où le soutien scolaire a été mis en place dans notre centre avec Gloria comme professeure. Avec elle, Saul a beaucoup appris, lui qui y assiste depuis l’âge de 5 ans.

Shirley, Saul et Dayana

Avec des larmes, elle a chargé Rosario, à qui elle venait de raconter son histoire, de nous donner ses salutations émues et de nous dire qu’elle est très heureuse avec l’affection de « ses enfants ».

« L’histoire de Fabriciana, nous dit Rosario, est très significative, non seulement parce qu’elle est la première personne que j’ai connue pour l’organisation et l’ouverture du centre dans cette zone, mais aussi parce que, en dépit des nombreux problèmes qu’elle a affrontés, problèmes familiaux, économiques, de travail, elle a montré son abnégation et son amour de mère et de grand-mère. C’est une femme courageuse et travailleuse qui a beaucoup lutté dans la vie pour s’en sortir, elle est digne d’être prise comme exemple.

Amis français, c’est votre solidarité et votre persévérance année après année qui nous permet d’accueillir ces enfants pauvres et de leur permettre un bon développement physique, intellectuel et social. »

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.quebracho.fr/wordpress/?p=1926