«

»

Août 30 2014

Imprimer ce Article

Visite des jeunes racontée par Rosario (juillet 2014)

« La visite des jeunes a été pour eux et pour nous une magnifique expérience. »

« Les enfants savaient qu’ils sont venus construire des salles de classe pour maternelle dans le Collège Signos de Fe à Trujillo, comme je le leur ai expliqué. Ils étaient contents et impatients de faire leur connaissance.

Les jeunes m’ont envoyé un courriel le 15 juillet, disant qu’ils étaient impatients de nous rendre visite. J’ai téléphoné au Directeur qui m’a dit d’être là à 11h pour les rencontrer, mais quand je suis arrivée au collège à 11h, il n’y était pas. Je l’ai attendu… et soudain, je vois passer 3 jeunes filles blondes, aussitôt je pense… ce doit être elles. Je m’avance, elles étaient très contentes de me voir et m’ont amenée au 3ème étage, là, j’ai rencontré les jeunes. Nous nous sommes salués avec effusion, j’ai fait la connaissance des professeurs et ils m’ont présenté un jeune qui a assuré la traduction. Nous nous sommes mis d’accord pour que le lundi 21 juillet, je vienne au collège pour les amener au centre d’Alto Trujillo à 10h du matin.

Lundi 21 juillet : visite du centre d’Alto Trujillo

Le lundi, avec Consuelo nous avons transporté les jeunes dans un bus. En arrivant dans la zone de notre centre, j’ai senti qu’ils étaient impressionnés par le lieu, les pauvres maisons, le sable qui nous entourait. Ensuite ils ont admiré le local de notre centre, décoré par les soins de Gloria. Je leur ai dit que le local était petit mais avec un grand cœur pour les recevoir.semil_14_07_21_alt_truj_797 m

Quand les enfants ont été nombreux, il ne restait pas beaucoup de place (les jeunes avec leurs professeurs étaient 24 !). Les enfants les appelaient de toutes les directions, ils les embrassaient et ne mangeaient pas avec la rapidité des autres jours, ils s’amusaient avec eux, se laissant servir la nourriture, ils étaient subjugués !

Les jeunes avaient apporté un dessert préparé par eux, des crèpes qu’ils ont enduits de confiture de fraise. Ils en ont donné à tous les enfants quand ils avaient terminé leur repas.

Ils ont été émus de rencontrer Arturo et de savoir qu’il a aussi reçu l’aide de plusieurs membres de Quebracho pour sa rééducation. Ils ont pris beaucoup de photos de lui.

Alors le groupe a décidé de rester jusqu’à l’heure du soutien scolaire. En fait de déjeuner, nous leur avons acheté des jus de fruit et des galettes.semil_14_07_21_alt_truj_832

À la demande des jeunes, nous nous sommes mis d’accord avec Gloria et les enfants pour avancer l’heure du soutien scolaire de 2h de l’après-midi, jusqu’à 4h. Les enfants étaient si enthousiastes qu’ils arrivèrent aussitôt. Moi je n’étais pas là, car les jeunes décidèrent qu’une partie resterait au centre, et l’autre rentrerait au collège où du travail les attendait. J’ai décidé d’aller avec eux au collège en taxi puis de revenir au centre pour l’autre groupe. Ce fut une véritable odyssée de trouver un taxi… Nous avons fini par en trouver un qui les a laissés au collège.

Quand je suis enfin revenue à Alto Trujillo, les jeunes enseignaient les mathématiques aux enfants, discutant des méthodes et des résultats, dans un brouhaha ! Nous avons interrompu la classe 20 mn avant la fin et j’ai demandé aux enfants de chanter et de réciter des poèmes, ce qu’ils ont fait. Puis ô surprise, les jeunes aussi ont chanté des chansons aux enfants. C’était la joie, le bonheur !semil_14_07_21_alt_truj_877

Ensuite les jeunes ont joué avec les enfants devant le centre, ils ont fait une course, chacun portant un enfant sur son dos. Tous étaient heureux !semil_14_07_21_alt_truj_887

Mais il fallait se quitter. Ma préoccupation, c’était de les ramener au collège. Alors finalement ils ont quitté les enfants après beaucoup d’effusions et de peine…

Nous avons opté pour un transport par microbus jusqu’à Trujillo, et ensuite, on a pris 3 taxis pour aller jusqu’au collège.

 

Mardi 22 juillet : visite du centre d’El Porvenir

Comme nous en étions convenus, j’étais au collège Signos de Fe mardi à 9h du matin pour aller chercher le groupe qui devait venir avec moi au centre d’El Porvenir. Seuls 8 jeunes sont venus, et nous avons pris 2 taxis, c’était plus facile. Quand nous sommes arrivés, nous avons rencontré Eugenia en train de préparer le déjeuner, elle nous a salués avec effusion. La professeure Esther avait bien fait son travail en décorant la salle avec des dessins.

En attendant les enfants, nous avons commencé à parler. Ils posaient des questions, combien d’enfants, comment ils sont sélectionnés, combien de temps ils restent, s’ils reviennent nous voir après être partis. Ils ont posé des questions sur Julio, pourquoi il était en fauteuil roulant, je leur ai raconté comment ça s’était passé. David leur a dit qu’il recevait une aide pour ses études de ses parrains, membres de Quebracho. Nous avons conversé ainsi tout en dégustant un déjeuner préparé par Eugenia, un savoureux « aji de poulet ».semil_14_07_22_el_porv_918

Ensuite, nous avions quasiment tous les enfants. Les jeunes se sont approchés des tables, conversant avec eux, leur demandant si la nourriture leur plaisait, quels étaient leurs plats favoris, quel cours de soutien scolaire leur plaisait le plus, bien sûr la plupart ont dit « les mathématiques ».

Ils avaient apporté des sucettes qu’ils ont données à tous les enfants après le repas. Quand ils ont terminé, je leur ai demandé de chanter et plusieurs ont chanté avec enthousiasme, et les jeunes aussi ont commencé à chanter. Les enfants étaient bouche bée, contents d’écouter une musique et une langue nouvelle.

Les jeunes de nouveau me manifestèrent leur reconnaissance, comme tous l’avaient fait la veille, où ils m’avaient dit que l’expérience qu’ils avaient vécue avec nous et les enfants, serait inoubliable pour eux. Ils m’ont dit qu’ils avaient ainsi connu la réalité dans notre zone, le sable, les habitations précaires, les enfants mal vêtus.

La veille, ils avaient apporté des cadeaux (fournitures scolaires) aux enfants qui auraient voulu les avoir tout de suite, mais je leur ai dit qu’il valait mieux voir combien il y en avait, et les répartir sur les deux centres. semil_14_07_22_el_porv_943

Une fois de plus, nous voyons de la part de ces jeunes tant de générosité, de solidarité… Ici dans mon pays, c’est plus difficile de voir cela, comme j’ai dit aux jeunes quand ils me demandaient si les gens fortunés d’ici faisaient quelque don aux centres, je leur ai dit « ils n’en font aucun. C’est seulement grâce à l’association Quebracho que les enfants sont secourus.»

Il était 1h30 de l’après-midi, nous devions revenir au collège. Comme à Alto Trujillo, les enfants ne voulaient pas les laisser partir… »

Lien Permanent pour cet article : http://www.quebracho.fr/wordpress/?p=283